2) Les causes

 

Les troubles de la mémoire liés aux drogues

Lorsqu’une personne consomme de la drogue, elle peut présenter des difficultés à effectuer des tâches plus ou moins complexes. Cela est interprété par une diminution des performances psychomotrices et amnésiques (de la mémoire). La consommation de drogue notamment le cannabis engendre des troubles de la mémoire qui est due au fait que la substance active de la plante, la tétrahydrocannabinol (1), se fixe fixes sur les récepteurs neuraux, situés dans l'hippocampe, zone cruciale pour la mémorisation. L'activation des neurones cannabinoïdes par le tétrahydrocannabinol entraîne un enchaînement de réactions biochimiques dans les neurones de l'hippocampe (2), ce qui entraîne un dérèglement de la synthèse des protéines. La synthèse des protéines doit être finement régulée lors de la mémorisation, pour que les neurones soient connectés. Le cannabis empêche d'avoir des souvenirs fiables. Il désorganise le fonctionnement électrique de l'hippocampe, ce qui perturbe le processus de mémorisation. La principale substance active dans le cannabis, le THC, bloque la libération de l'acétylcholine, neurotransmetteur (3) dans l'hippocampe, affectant le fonctionnement électrophysiologique du cerveau.

 

  • La cocaïne, elle, active, au niveau du cerveau, la libération de noradrénaline, de sérotonine et de dopamine. Les vaisseaux sanguins subissent une contraction, ce qui peut conduire à des accidents cardiaques chez les sujets jeunes sans aucun problème antérieur.
  • L’héroïne est un dérivé opiacé qui va se fixer sur les mêmes récepteurs que les endorphines.
  • L’ecstasy et les amphétamines libèrent de la dopamine et de la sérotonine, provoquant une excitation euphorique, l’illusion d’être invincible et infatigable mais aussi angoisse et dépression, déshydratation, hyperthermie anorexie. Ces drogues provoquent une dépendance qui entraine les accidents cardio-vasculaires.

 

(1) Le delta-9-tétrahydrocannabinol dont le sigle est THC, est la molécule la plus connue contenue dans le cannabis.
(2)  L'hippocampe est située à la face interne du lobe temporal au-dessus de la cinquième circonvolution temporale.  Il joue un rôle important dans la mémoire déclarative , . L'hippocampe est aussi connu pour son activité de neurogenèse. 
(3) Les neurotransmetteurs sont des composés chimiques libérées par les neurones agissant sur d'autres neurones, ou, plus rarement, sur d'autres types de cellules .

 

 Les troubles de la mémoire liés à l'alcool

L’alcool augmente le risque cardio-vasculaire et l’hypertension artérielle et crée des lésions au niveau du système nerveux. L'alcool à un effet, immédiat ou à plus ou moins long terme, sur le système nerveux, c'est-à-dire les centres nerveux. La mémoire peut aussi être endommagée par l’absorption chronique d’alcool. 
L'effet immédiat peut être à l'origine d'un black-out, c'est-à-dire un oubli complet ou partiel des évènements qui sont survenus pendant la période de consommation d'alcool. Certains patients présentent le syndrome de Korsakoff, qui se caractérise par une amnésie (perte de la mémoire), une fabulation et une polynévrite (4). Sa principale cause est l'alcoolisme chronique (permanent) à l'origine de la maladie de Gayet-Wernick (troubles neurologiques et psychologiques dus à des lésions des cellules nerveuses.
Ses symptômes sont : des troubles caractéristiques de la mémoire comme perturbation de la mémoire des informations nouvelles alors que les souvenirs des événements lointains sont moins touchés. La mémoire se situant dans les lobes temporaux (5), et les informations que ces malades arrivent à retenir ne restent pas dans le cerveau, ainsi dès qu'ils sont distraits, ils les oublient. En un mot, l'enregistrement et la rétention des données de l'information sont impossibles.
La consommation chronique d'alcool entraîne des perturbations neuropsychologiques variables. Ces altérations touchent particulièrement la mémoire épisodique (mémoire des événements situés dans leur contexte spatial et temporel d'acquisition), la mémoire de travail ('responsable du maintien à court terme et du traitement d'informations) et les fonctions exécutives (qui contrôlent et régulent l'activité cognitive).
Les patients alcooliques chroniques présentent des difficultés d'apprentissage moins marqués que les patients atteints du Syndrome de Korsakoff car ces patients sont en lien avec une absence d'implication de la mémoire épisodique.

(4) Atteinte du système nerveux entraînant une dégradation de la myéline, substance grasse formant la gaine des cellules nerveuses : neurones, du système nerveux périphérique 
(5) Le lobe temporal est une région du cerveau des vertébrés située derrière l'os temporal des tempes, dans la partie latérale et inférieure du cerveau. C'est une zone importante pour de nombreuses fonctions cognitives, dont notamment l'audition, le langage et la mémoire.

 

Les troubles de la mémoire liés au tabac.

La consommation de tabac augmente elle aussi les risques d’être victime d’accidents cardio-vasculaire, ce qui mènent à des troubles de la mémoire. L’acétylcholine active la libération de dopamine et entretient la sensation de plaisir. Elle agit aussi sur la production d’endorphines et l’impression de détente procurée par leur libération. Le tabagisme est responsable d'une augmentation de la pression artérielle, d'une détérioration des artères et d'une accélération du rythme cardiaque.

 

Les troubles de la mémoire liés aux médicaments.

Certains médicaments, comme  les somnifères ou les calmants, endorment le cerveau, ce qui peut nuire à la transmission et à la réception des informations. Ils agissent par l’intermédiaire du GABA (6). Leur effet à long terme n’est pas tous connu, mais la détérioration de la mémoire en est un très fréquent et important.

(6) Acide γ-aminobutyrique qui est un neuromodulateur qui est reconnu comme étant inhibiteur à l'âge adulte mais qui est excitateur lors du développement embryonnaire de l'Homme.Il favorise la croissance de certains neurones.

 

Les troubles de la mémoire liés aux polluants.

Les dioxines proviennent de la combustion des carburants, du bois, de la viande, des cigarettes...  Nous les absorbons et les stockons dans nos tissus graisseux pendant cinq à vingt ans. Lorsqu’elles sont trop nombreuses,  peuvent provoquer de graves troubles cérébraux chez les enfants nés de mère exposée. Les dioxines augmentent les risques d’accidents cardio-vasculaires. 

 

Les troubles de la mémoire liés aux ondes électromagnétiques.

Tous les Hommes sont soumis depuis leur naissance à des ondes électromagnétiques issues du champ magnétique terrestre. Les téléphones mobiles, les écrans de télévision, les ordinateurs ou encore  la wifi émettent des ondes électromagnétiques. L’accumulation des ondes électromagnétiques provoque des troubles qui agissent sur le sommeil ou encore sur les troubles de la mémoire. Cette accumulation peut aussi provoquer des accidents vasculaires ou des maladies neurodégénératives.

 

Les troubles de la mémoire liés au surmenage et stress chronique.

A)Définition du stress

Le stress est une réponse à une « agression » ou « menace » extérieure quelle qu'elle soit. Le stress peut être une chose positive, il permet l'analyse de la situation et la prise de décision. 
Le déroulement d'une réaction de stress normal se divise en phases:

 

  •  la première étant une phase d'alarme: apparition de réactions physiques (rythme cardiaque s'accélère de même que la réspiration, les muscles se tendent), et de réactions psychologiques (vigilence, euphorie, détresse et opression).
  • Elle est suivie d'une phase de résistence: les réactions physiques et psychologiques de la phase d'alarme disparaissent, le corps s'adapte.
  •  Après vient l'épuisement: lorsque la situation stressante perdure, les défenses s'éffondrent et le sujet ne peux plus faire face à la situation.
  • Finalement vient la phase de récupération: lorsque la situation est gérée, la personne se détend, la tension baisse. 

 

Le stress est une réaction normale et utile, mais parfois il n'est pas toujours positif. Trop de stress peut induire à un épuisement.

B)Le stress et la mémoire

Le surplus de stress peut entrainer des troubles de la mémoire. Trop de stress entraine des difficultés à la concentration, la mémoire à court terme en est touchée: l'individu à du mal à se souvenir. Pourtant, il semblerait qu'il permette de mieux retenir les évenements qui surviennent en phase de stress, il fait appel à un type de mémoire qui pourrait être qualifié de « mémoire émotionnelle ». 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×